logo

État de l'environnement 2015 - 2016

Bruxelles-1

La Région de Bruxelles-Capitale, c’est :

La Région de Bruxelles-Capitale, c’est…
  • 19 communes, 161 km2
  • 1.187.890 habitants (2016 → +23,8 % par rapport à 2000)
  • 545.394 ménages (2016), dont la moitié correspond à des personnes isolées
  • 567.896 logements (2016 → +6 % en 10 ans)
  • Une population qui augmente d’1/3 lors des jours ouvrables, via les navetteurs (estimés en 2016 à près de 348.000 personnes)

Bruxelles-2

Ce qui implique d’importants volumes de déplacement

Ce qui implique d’importants volumes de déplacement…
  • Un trafic routier de 3,22 milliards de véhicules km/an (stable depuis 2013)
  • 369 millions de voyages en bus, tram ou métro (STIB) (2016 → +117 % par rapport à 2000)
  • 278 cyclistes par heure de pointe en moyenne (2016 → +668 % par rapport à 2000)

Bruxelles-3

Bruxelles est en effet caractérisée par une activité économique importante

Bruxelles est en effet caractérisée par une activité économique importante…
  • 620.000 emplois en 2015 (-1 % par rapport à 2012)
  • un secteur tertiaire (bureaux, services…) dominant (94 % en 2015)
  • ...mais un taux de chômage élevé : 17 % de la population bruxelloise disponible sur le marché du travail (2016)
  • et des habitants moins riches que la moyenne nationale : le revenu moyen des bruxellois est 13 % moins élevé que le revenu moyen national (2015)

AIR-1

La qualité de l'air extérieur

La qualité de l'air extérieur
  • La pollution de l’air a un impact sur la santé humaine et l’environnement
  • La qualité de l’air s'est fortement améliorée ces 30 dernières années
  • Mais des efforts sont encore nécessaires pour certains polluants, comme les particules fines et les oxydes d'azote
  • L'impact des particules fines sur la santé dépend de leur taille (les particules plus fines pénètrent plus profondément dans les voies respiratoires) et de leur nature chimique
  • Le dioxyde d'azote (NO2) a un effet sur les voies respiratoires

AIR-2

Les principaux émetteurs de particules fines sont

Les principaux émetteurs de particules fines sont :

Le secteur du transport (38 % des émissions directes, via les gaz d’échappements), et la consommation énergétique dans les logements (50 %) et dans les bureaux (9 %).


AIR-3

Des émissions primaires de particules fines en diminution

Des émissions primaires de particules fines en diminution

Les émissions primaires de particules fines ont fortement diminué entre 1990 et 2000 (-44 %). Depuis, elles se sont stabilisées.


AIR-4

Les concentrations en dioxyde d'azote

Les concentrations en dioxyde d'azote

La concentration moyenne annuelle de NO2 par station de mesure du réseau varie entre 21 (environnement résidentiel) et 48 µg/m3 (environnement trafic).


Air-5

Les principales sources de dioxyde d'azote

Les principales sources de dioxyde d'azote

La valeur limite européenne (40 µg/m3) est respectée dans six des huit stations de mesure. Pour les deux autres stations, la proximité d’une zone de trafic routier est un des facteurs expliquant les dépassements.

À Bruxelles :

  • 43 % des concentrations de NO2mesurées sont liées au trafic
  • 35 % sont expliquées par une source externe à la Région

Énergie-1

La consommation totale d'énergie de la Région

La consommation totale d'énergie de la Région

La Région de Bruxelles-Capitale a consommé 19.381 GWh en 2015.

Les principaux consommateurs sont :

  • Les logements = 38 %
  • Les bureaux = 36 %
  • Les transports = 21 %

Énergie-2

Une consommation totale d'énergie globalement en baisse depuis 2004

Une consommation totale d'énergie globalement en baisse depuis 2004

Tendance :

  • La consommation finale totale a diminué de 6 % en 2015 par rapport à 1990, mais a surtout diminué entre 2004 et 2015 (-20 %)
  • En 2015, la Région de Bruxelles-Capitale a consommé 19.381 GWh

Énergie-3

La consommation énergétique des logements

La consommation énergétique des logements
  • 13.500 kWh en moyenne par ménage en 2015
  • Une réduction de 36 % est observée entre 1999 et 2015 bien que la consommation d’électricité ait fortement augmenté jusqu’en 2005

Climat-1

Les émissions de gaz à effet de serre (GES)

Les émissions de gaz à effet de serre (GES)

La consommation d’énergie (via la combustion de charbon, gaz ou pétrole) est la principale source d’émissions de gaz à effet de serre (surtout CO2).

En 2015 :

  • le chauffage des bâtiments (logements et bureaux) est responsable de 61 % des émissions directes de GES
  • les transports sont responsables de 29 % des émissions de GES

Climat-2

Des émissions de GES en baisse depuis 2004

Des émissions de GES en baisse depuis 2004

Depuis 2004, les émissions de GES diminuent globalement, parallèlement à la réduction de la consommation énergétique. Moins 25 % de 2004 à 2015.


Déchets-1

Quantités de déchets collectées

(auprès des habitants notamment)

Quantités de déchets collectées

À Bruxelles, les déchets, ce sont :

  • Plus de 1.670.000 tonnes par an (au total, toutes filières et sources confondues)
  • Dont 356.000 tonnes produites par les ménages (et collectées via Bruxelles Propreté, les communes, les acteurs de l’économie sociale, les associations locales -composts- et les systèmes d’obligations de reprise)

Déchets-2

37 % des déchets ménagers préparés pour le réemploi
et le recyclage

37 % des déchets ménagers préparés pour le réemploi et le recyclage
  • Une tendance à long terme des tonnages de déchets préparés en vue du réemploi et du recyclage et collectés par Bruxelles Propreté à la hausse... mais avec une stabilisation ces dernières années
  • En 2016, 139.000 tonnes de déchets ménagers préparés en vue du réemploi et du recyclage ont été collectées. Soit 37 % du total des déchets ménagers, l'objectif européen pour 2020 étant de 50 %.

Eau-1

La consommation d'eau de distribution par les ménages bruxellois

La consommation d'eau de distribution par les ménages bruxellois
  • Les ménages bruxellois consomment environ deux tiers (69 %) du volume total d’eau facturé en Région bruxelloise
  • La consommation d’eau de distribution par les ménages bruxellois serait l’une des plus basses d’Europe

Eau-2

Une consommation d’eau par habitant stable depuis 2012, après une baisse régulière

Une consommation d’eau par habitant stable depuis 2012, après une baisse régulière

L’utilisation d’équipements plus économes en eau ainsi que les revenus et la sensibilisation des ménages à l’utilisation durable de l’eau expliqueraient notamment cette évolution.


Eau-3

Qualité physico-chimique des cours d'eau et du Canal

Qualité physico-chimique des cours d'eau et du Canal

Contrairement à la Woluwe et au Canal, l’eau de la Senne apparait relativement polluée.
Cependant une amélioration globale récente et très importante est constatée à la sortie de la Région.


Nature

Une ville « verte »

Une ville « verte »
  • La végétation recouvre 54 % du territoire bruxellois (données 2010).
  • Depuis 2009, 14,6 % du territoire bénéficie d’un statut de protection active de la nature :
    • 3 zones Natura 2000 (2.316 ha)
    • 16 réserves naturelles ou forestières (287 ha)
  • Au niveau de la planification régionale, 24,6 % du territoire est affecté à des zones d’espaces verts (au sens large, jardins privés non compris) ou à des zones agricoles
  • 28 m2 d’espaces verts et récréatifs accessibles/hab (2010).
    Mais de différents types, de qualité variable… et de répartition inégale

Bruit

Nuisances sonores liées au bruit des transports

Nuisances sonores liées au bruit des transports
  • Plus de 4 habitants sur 10 vivraient dans un environnement sonore relativement bruyant en raison du seul bruit routier
  • La nuit, le sommeil d’un Bruxellois sur deux est susceptible d’être perturbé par le bruit routier.
    Et celui d'un Bruxellois sur dix, par le bruit du trafic aérien.
  • La circulation routière est la principale source de nuisance sonore liée au bruit des transports, loin devant le trafic aérien… mais elle est perçue différemment

Pollution des sols-1

La pollution des sols

La pollution des sols

La pollution des sols (et des eaux souterraines) :

  • trouve son origine dans l’urbanisation et le passé industriel du territoire bruxellois
  • présente un risque pour la santé humaine et pour les écosystèmes

En Région bruxelloise, les principales « activités à risque » sont :

  • les dépôts de liquides inflammables (citernes à mazout, stations-services)
  • les ateliers d’entretien de véhicules
  • les cabines de peinture
  • les imprimeries
  • les dépôts d’huiles usagées et de produits dangereux
  • le travail des métaux

Pollution des sols-2

Le traitement des sols pollués

Le traitement des sols pollués
  • Entre 2005 et 2016, 479 ha de terrains ont été rendus à nouveau disponibles pour y implanter des activités économiques, des logements ou encore des activités récréatives
  • Les assainissements et les mesures de gestion du risque réalisés ont impliqué le traitement de 3,2 million m3 de terres contaminées et de 180.000 m3 d’eaux contaminées